Un Président au pays des Hommes intègres.

Le Président de la République française Emmanuel Macron a fait son stage de l’ENA (Ecole Nationale d’Administration) au Nigéria. Autant dire qu’il n’est pas en terre inconnue en Afrique.

Le 28 novembre 2017, il a prononcé un important discours à l’Université Ouaga 1, Professeur Joseph KI-ZERBO à Ouagadougou. Il a appelé à une refondation profonde de la relation entre l’Afrique et la France, plus globalement entre l’Afrique et l’Europe.
Mais comme de nombreuses bonnes volontés avant lui, a t-il prêché dans le désert?
Seule l’Histoire nous le dira.

« Ce discours de Ouagadougou du président Macron a révélé beaucoup de choses ; tant aux Burkinabè qu’à toute l’Afrique, et auxquels il faut courageusement faire face. Sans passion ni égoïsme. Ce ‘’choc’’ des situations rappelle aujourd’hui ces propos de l’historien, spécialiste de l’histoire politique et culturelle du panafricanisme, Dr Amzat Boukari-Yabara, défenseur de l’idéal panafricaniste dans une interview accordée en mai 2017 à Lefaso.net : « Je suis assez réservé sur les discours fondamentalement révolutionnaires, je suis assez réservé sur les personnes qui disent par exemple NON au Franc CFA, mais qui, dans leur quotidien, n‘ont toujours pas inventé autre une modalité de payer leurs produits que d’utiliser du franc CFA (ils vendent des T-shirts estampillés Non au franc CFA, mais pour vous les vendre, il faut les payer en franc CFA).

C’est pour cela vraiment que j’ai appelé à une insurrection de l’intelligence ; nous devons repenser les chaînes auxquelles nous sommes liés, parce que dans tous les cas, nous sommes comme dans l’image du cheval qui est attaché à une chaise et qui ne sait pas qu’il suffit qu’il bouge et la chaise tombe et qu’il peut partir ! On est un peu dans ce schéma-là. Je pense que nous sommes beaucoup trop dans l’attentisme, nous attendons que les choses viennent de l’extérieur, que l’on nous dise qu’on peut faire quelque chose, qu’on nous dise qu’il faut se réveiller, etc. Alors que non, chacun peut, au quotidien, apporter sa pierre et sa contribution. Oui, il faut sortir du Franc CFA, c’est évident. (…). Maintenant, dans la façon dont le débat est mené, il y a beaucoup de choses qui me semblent contre-productives, qui me semblent un peu décalées, voire déplacées ».
Source: Par Oumar OUEDRAOGO, lefaso.net, 30 novembre 2017

Ci-dessous: Extraits du discours du Président de la République française Emmanuel MACRON.

Il y a une politique que nous pouvons conduire, il y a des amis, il y a des gens avec qui on est d’accord, d’autres non. Mais il y a surtout un continent que nous devons regarder en face. Alors, il n’est jamais aisé, compte tenu de notre histoire partagée pour un président français de venir parler comme cela de l’Afrique, et je n’aurais pas la prétention ici d’exprimer la complexité et la diversité d’un continent de 54 pays. D’abord parce que ça a quelque chose de terriblement arrogant d’essayer d’expliquer en quelque sorte qu’il y aurait une unité absolue, une homogénéité complète ; 54 pays, avec autant d’histoire, avec plus encore d’ethnies et de langues, avec des relations qui ne sont pas les mêmes à l’égard de la France et un passé des traumatismes bien souvent différents.

Néanmoins, si je ne veux pas m’improviser historien tout particulièrement dans l’université qui a pris le nom d’un des plus grands historiens du continent, je veux m’exprimer ici au pays des hommes intègres parce que je sais qu’on ne parle pas qu’au Burkina Faso, ni même uniquement à l’Afrique de l’Ouest, ni même uniquement en Afrique francophone ; parce que ces barrières qu’on a longtemps mises dans nos représentations, dans nos lectures politiques, dans nos analyses, ce ne sont plus les barrières de l’Afrique d’aujourd’hui, de la vôtre.
Ces barrières entre une Afrique francophone ou une Afrique anglophone, entre une Afrique du Nord et une Afrique subsaharienne, entre une Afrique francophone et lusophone aussi, toutes ces barrières-là sont artificielles, elles ne viennent que plaquer en quelque sorte un passé qui doit passer, des représentations qui ont été, des constructions qui doivent évoluer.

Je parlerais donc ici devant vous de l’Afrique comme d’un continent pluriel, multiple, fort, et comme d’un continent où se joue une partie de notre avenir commun.
Je vous parlerais avec sincérité mais aussi avec une profonde amitié. Je suis comme vous d’une génération qui n’a jamais connu l’Afrique comme un continent colonisé.
Je suis d’une génération dont l’un des plus beaux souvenirs politiques est la victoire de Nelson Mandela et son combat contre l’apartheid, chassé par une solidarité panafricaine allant de l’Alger à Rabat, de Luanda à Conakry. C’est cela l’histoire de notre génération.

Aussi je me refuse à toujours revenir sur les mêmes représentations d’hier. Il y a eu des combats, il y a eu des fautes et des crimes, il y a eu des grandes choses et des histoires heureuses. Mais j’ai une conviction profonde, notre responsabilité n’est pas de nous y enferrer, notre responsabilité n’est pas de rester dans ce passé et de vivre l’aventure pleine et entière de cette génération.

Je suis d’une génération de Français pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables et font partie de notre histoire. Je me reconnais dans les voix d’Albert Londres et d’André GIDE qui ont dénoncé les milliers de morts du Chemin de fer du Congo, et je n’oublie pas que ces voix alors ont été minoritaires en France comme en Europe.
Je suis aussi d’une génération qui a été impressionnée par la détermination de la jeunesse burkinabè à défendre à deux reprises et parfois au prix de sa vie les acquis de la démocratie et de l’Etat de droit.
Je suis d’une génération où on ne vient pas dire à l’Afrique ce qu’elle doit faire, quelles sont les règles de l’Etat de droit mais où partout on encouragera celles et ceux qui en Afrique veulent prendre leurs responsabilités, veulent faire souffler le vent de la liberté et de l’émancipation comme vous l’avez fait ici.

Et je suis d’une génération qui observe, que partout sur le continent africain, la jeunesse africaine réclame avec impatience de participer à la construction du destin de son pays et de la mondialisation. Je suis d’une génération de Français pour qui l’Afrique n’est ni un encombrant passé, ni un voisin parmi d’autres. La France entretient avec l’Afrique un lien historique indéfectible, pétri de souffrance, de déchirements, mais aussi si souvent de fraternité et d’entraide. L’Afrique est gravée dans la mémoire française, dans la culture, dans l’Histoire, dans l’identité de la France et c’est là une force et une fierté que je veux cultiver, que je veux porter comme un atout de la France, pour la France et pour l’Afrique dans notre rapport au monde […]

Nous sommes une génération dont les destins mêlés, qu’on le veuille ou non, parce que nous avons cette Histoire commune mais parce que nos parents, nos frères, parfois nos enfants ont fait ce choix d’enjamber les continents et les mers. Et je suis, comme vous, d’une génération convaincue que les diasporas africaines de France sont aussi au cœur de notre ouverture du monde. Et je suis aussi convaincu, comme nombre d’entre vous dans cette salle, que nous ne pouvons simplement nous regarder comme étant à des milliers et des milliers de kilomètres, mais comme étant aussi souvent de sang, d’Histoire et de destins mêlés.

J’entends souvent dire que la force de l’Afrique, c’est sa jeunesse. Quand je vois les chiffres, qu’il s’agisse du Faso comme de toute la région, il est difficile de dire le contraire. Mais permettez-moi de dire que la force de la France, surtout en Europe aujourd’hui, c’est aussi sa jeunesse. Et sa jeunesse, elle est en partie issue de cette Histoire commune. Sa jeunesse, pour partie, elle regarde aussi l’Afrique. Elle nous écoute quand nous parlons d’Afrique parce que nous lui parlons à elle-même. La jeunesse française est aussi pour partie une jeunesse sénégalaise, ivoirienne, guinéenne, burkinabé, nigérienne, malienne ; elle est aussi tout cela. Et donc lorsque je vous parle de vous, je vous parle aussi de moi.

Enfin, je suis d’une génération profondément européenne. D’une génération qui est fortement attachée à son pays mais aussi à ce qu’il peut construire avec les autres. J’en tire la conviction intime que ce n’est pas simplement un dialogue franco-africain que nous devons reconstruire ensemble, mais bien un projet entre nos deux continents, mais bien une relation nouvelle, repensée à la bonne échelle, où l’Union européenne saura parler et construire avec l’Union africaine et avec l’Afrique tout entière. C’est bien à cette échelle que les choses aujourd’hui se jouent.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai tenu à être devant vous aujourd’hui, ici au Burkina Faso, et dans ce lieu. Un lieu où on ne peut pas tricher, un lieu qui résume les deux visages de l’Afrique : celui de ses formidables opportunités mais aussi celui de ses difficultés, des épreuves, du combat quotidien que chacun d’entre vous mène avec courage pour forger son propre destin. Je ne serai pas du côté de ceux qui voient dans l’Afrique le continent des crises et de la misère, mais je ne serai pas non plus du côté de ceux qui vantent une Afrique enchantée, une Afrique soudainement parée de toutes les vertus et érigée en modèle.
Je ne serai pas de ceux qui se voilent la face et ignorent la difficulté de votre quotidien. De ceux qui ignorent les grèves, les années blanches, les difficultés d’accéder à des manuels, à une bourse, parfois tout bonnement à une vie simple et heureuse. Je serai du côté de ceux qui portent un regard lucide. Ceux qui considèrent que l’Afrique n’est ni un continent perdu, ni un continent sauvé. Je considère que l’Afrique est tout simplement le continent central, global, incontournable car c’est ici que se télescopent tous les défis contemporains.

C’est en Afrique que se jouera une partie du basculement du monde. Si nous échouons à relever ces défis ensemble, alors l’Afrique tombera dans l’obscurité, c’est possible. Elle régressera, elle reculera. Mais avec elle, l’Europe aura les mêmes difficultés, parce que s’ouvrira une longue période de migration, de misère, des routes de la nécessité et de la douleur plus encore qu’aujourd’hui.

Mais si nous parvenons à relever ensemble ces défis, si nous sommes à la hauteur de ce grand moment de bascule que nous sommes en train de vivre, alors ici se jouera une partie de la croissance du monde. Alors ici, cette jeunesse sera une jeunesse de réussite et de conquête parce qu’il y a tout à conquérir. Alors ce sera une ère de développement, de croissance et d’opportunités nouvelles pour les Africains comme pour toutes celles et ceux qui voudront à leurs côtés mener cette aventure.

Ce grand moment de bascule, c’est celui où en Afrique, nous devons justement relever tous les défis. Le terrorisme qui a frappé deux fois notre capitale mais qui chaque jour, de manière insidieuse, bouscule les équilibres et la stabilité du pays. Le changement climatique qui ravage le Sahel plus que toute autre région dans le monde, qui au lac Tchad, dans toute la bande sahélo-saharienne, bascule des populations entières, plonge dans la pauvreté la plus complète des femmes et des hommes qui vivaient de l’agriculture, de la vente du poisson ou de routes commerciales qui vivaient depuis des siècles et des siècles.
La démographie, avec 450 millions de jeunes à insérer sur le marché du travail en Afrique d’ici 2050 ; l’urbanisation puisque l’Afrique sera dans quelques années le continent des mégalopoles ; et enfin la démocratie, combat que vous avez ici mené et gagné et qui reste le combat d’une grande partie de la jeunesse africaine. Surtout, vous connaissez ce qu’aucun autre continent n’a connu, ce qu’aucune autre génération n’a connu : le cumul en même temps de tous ces défis.

Votre génération a une responsabilité immense, celle de devoir le plus rapidement possible relever ces défis tous ensemble. Vous ne pouvez pas simplement gagner le défi du changement climatique en oubliant les autres, vous ne pouvez pas simplement gagner la bataille contre le terrorisme si, dans le même temps, vous ne gagnez pas celui du développement économique et de la stabilité […].

Si je suis venu m’adresser à vous, c’est que beaucoup de choses résident en vous. Je vous en dois quelques-unes. Vos gouvernants vous en doivent aussi beaucoup, mais c’est en vous que réside une partie de la solution. Dans votre volonté de prendre ce chemin, dans votre force de caractère et votre détermination à réussir ce temps de bascule, dans notre capacité ensemble à relever ce défi. La solution ne viendra pas de l’extérieur, mais elle ne viendra pas non plus du statu quo ou des vieilles habitudes.
Je veux être à vos côtés. Celui qui aidera l’Europe à saisir cette chance, celle d’écouter la jeunesse africaine, d’en tirer le meilleur et de mettre son potentiel au profit de l’ensemble du monde. Et cela commence en venant devant vous, à votre écoute, à l’écoute de toutes les voix. J’irai écouter la jeunesse partout où elle se trouve, partout où elle s’exprime. Cet après-midi ensemble dans une école, demain en Côte d’Ivoire puis après-demain au Ghana sur des terrains de football. J’irai partout écouter ce qui s’exprime, ce qui se dit, ce qui se veut. Mais d’autres m’aideront aussi pour entendre votre message et j’ai tenu à ce qu’ils soient présents à mes côtés aujourd’hui.

Source: elysees.fr – Discours du Président de la République française Emmanuel Macron, à l’Université de Ouaga 1, Prosesseur Joseph Ki-Zerbo, à Ouagadougou au Burkina-Faso (Publié le 29 novembre 2019).

Photo: lefaso.net

http://www.elysee.fr/declarations/article/discours-du-president-de-la-republique-emmanuel-macron-a-l-universite-ouaga-i-professeur-joseph-ki-zerbo-a-ouagadougou/

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *